↑ Retour à Consommateurs

Imprimer ceci Page

Préservons les terres agricoles !

Le foncier est un sujet intimement lié à celui des circuits courts et de la participation du consommateur en plusieurs points : tout d’abord car tout consommateur est lié au destin des terres agricoles de par son alimentation mais aussi car un consommateur peut être propriétaire terrien et donc concerné par la valorisation des terres qu’il possède, et enfin car le citoyen est devenu un acteur participatif dans l’installation agricole grâce aux outils de finance solidaire

choux fleurLa terre on s’enfriche ?

Les friches sont un angle d’approche intéressant sur le territoire du pays de Vannes car elles sont :
* emblématiques du paysage littoral et périurbain du Pays de Vannes,
* problématiques pour la conservation de la vocation agricole des espaces, l’agriculture étant pourtant une réponse certaine pour la valorisation des paysages et le tourisme,
* et parce que nombre de citoyens sont impliqués via des indivisions dans ces situations ou sont à même de devenir acteurs dans leurs territoires dans une veille foncière citoyenne ou en s’impliquant dans les documents d’urbanisme au service de la préservation des terres agricoles et de l’installation, à condition d’être sensibilisés, informés sur certains outils.

140610_affiche

Voir la plaquette « La terre on s’en friche »

choux fleurAider des paysans à s’installer, c’est possible

Tout citoyen peut contribuer à l’installation agricole et au développement des circuits courts par le biais d’outils de finance solidaire, eux-mêmes représentatifs des circuits courts de la finance. 2 fiches-expériences :

* le témoignage d’un citoyenne impliquée dans le financement de l’acquisition d’une ferme « Citoyenne, j’ai permis l’installation d’une paysanne »
* et celui des jeunes agriculteurs installés par ce biais « Paysanne, je suis locataire des citoyens ».

Voir les témoignages de paysans et citoyens de Bretagne

choux fleurL’emprise foncière de notre alimentation en question

Depuis la seconde guerre mondiale, notre alimentation a subi des mutations profondes (préparation culinaire de la cuisine à l’usine) qui ont eu pour conséquence notamment une augmentation des surfaces agricoles nécessaires pour répondre aux besoins alimentaires des populations (augmentation des calories consommées d’un point de vue global et de la consommation de viande). La réflexion sur la relocalisation de l’alimentation a donc engendré dans le cadre du projet Alimen’terre une réflexion sur l’emprise foncière des terres agricoles localement.

Lien Permanent pour cet article : http://www.produitslocaux-paysdevannes.fr/consommateurs/preservonslesterresagricoles/